Quantcast

Trois pays devraient atteindre Mars dans les deux prochaines semaines

Vendredi 5 février 2021 à 18h17
Rover

Une petite flotte d'engins spatiaux des Émirats arabes unis, de la Chine et des États-Unis atteindra Mars ce mois-ci après le lancement de la Terre l'année dernière. La marche vers la planète rouge marque un marathon de premières : c'est la première incursion des Émirats arabes unis dans l'espace profond, la première tentative indépendante de la Chine d'atterrir sur Mars et le premier tir de la NASA pour déployer un hélicoptère martien.

Le rare convoi d'engins spatiaux à destination de Mars s'est lancé au large de la Terre dans une fenêtre mince, à peu près deux mois l'été dernier, lorsque la Terre et Mars se sont alignés juste sur leurs orbites autour du Soleil. Cet alignement planétaire n'a lieu qu'une fois tous les deux ans, et trois pays en ont profité en 2020, tout comme l'espace extra-atmosphérique est réapparu comme un terrain de jeux pour la découverte scientifique et l'exposition du pouvoir national.

« Ces gouvernements font ces missions pour l'exploration », a déclaré Bill Nye, PDG de la Planetary Society (et célèbre The Science Guy), à The Verge. « Comme nous aimons le dire, il n'y a pas d'analyse de rentabilisation pour explorer le régolite martien. »

« Cela conduit à ce développement extraordinaire de la main-d'œuvre dans ces pays, et à cette fierté nationale et à ce sentiment de communauté inestimables »

« Cependant, cela conduit à ce développement extraordinaire de la main-d'œuvre dans ces pays, et à cette fierté nationale et à ce sentiment de communauté inestimables », a-t-il déclaré.

Le premier à atteindre Mars ce mois-ci est l' orbiteur Emirati Hope. Après son lancement il y a sept mois sur une fusée H-IIA japonaise, la sonde Hope de la taille de la voiture arrivera en orbite de Mars le 9 février. Il passera près de deux ans à étudier l'atmosphère de la planète pour étudier les changements quotidiens du temps martien. Il met les EAU sur la bonne voie pour être la première nation arabe à déployer une sonde interplanétaire et à rejoindre un petit groupe de pays spatiaux qui ont fait de même.

« Pour la communauté scientifique, c'est là que les choses commencent », a déclaré Sarah al-Amiri, directrice adjointe de la mission Emirates Mars, au sujet de l'injection de Hope sur l'orbit de Mars dans une interview. La semaine de l'espoir atteint l'orbite de Mars, les chercheurs des Emirats Arabes Unis commenceront à analyser leur première mine de données interplanétaires, a déclaré al-Amiri.

Depuis environ six ans, l'équipe de mission de Hope, composée d'environ 450 personnes, conçoit et teste le vaisseau spatial Hope. Le programme, doté d'un budget de 200 millions de dollars du Centre spatial Mohammed bin Rashid, a collaboré avec des équipes de l'Université du Colorado Boulder, de l'Arizona State University et de l'Université de Californie à Berkeley.

Alors que les Émirats arabes unis ont l'intention de se libérer de leur dépendance pétrolière, la mission Hope offre une opportunité plus large pour le pays. C'est l'occasion de découvrir comment démarrer une nouvelle industrie à partir de zéro. « Quand nous disons, par exemple, que nous allons établir un nouveau secteur dans le domaine de la biotechnologie, comment allez-vous faire cela ? Cette mission nous a fourni un mécanisme pour y parvenir alors que nous ne l'avons pas eu auparavant », a déclaré al-Amiri.

Derrière la sonde Hope des Émirats arabes unis se trouve le vaisseau spatial chinois Tianwen-1, qui atteindra Mars un jour plus tard, le 10 février. L'engin spatial de cinq tonnes traînera en orbite martienne pour étudier la région d'Utopia Planitia, où se trouve un grand gisement de glace d'eau sous la surface de la planète. Trois mois plus tard, en mai, Tianwen-1 déploiera un atterrisseur et un rover regroupés pour un atterrissage à Utopia Planitia — une tentative audacieuse de devenir le deuxième pays à atterrir et à exploiter un rover sur la surface martienne.


La première image de Mars capturée par la sonde chinoise Tianwen-1 le 5 février 2021.

Photo : Administration nationale chinoise de l'espace


Tianwen-1 se traduit par « questions au ciel » ou « questionner les cieux ». Le rover possède une série d'instruments pour détecter les dépôts de glace d'eau souterraine, qui, selon les scientifiques, pourraient contenir des signes de vie microbienne. En observant Mars depuis orbite et en déployant à la fois un atterrisseur et un rover, la mission « deviendra la première expédition Mars au monde à atteindre les trois objectifs avec une seule sonde », a déclaré Ye Peijian, un scientifique de haut niveau à l'Académie chinoise des technologies spatiales, dans un communiqué.

Plus tard ce mois-ci, le Chinois Tianwen-1 rover aura de la compagnie à la surface de la planète. Le rover Persévérance de la NASA, surnommé « Percy », se mettra en contact le 18 février au cratère Jezero, site d'un ancien delta fluvial censé porter des traces de vie passée. Son emplacement de toucher des roues est à environ 1 600 miles du rover chinois (environ la distance entre Miami et le nord de l'État de New York). C'est la neuvième mission de la NASA à la surface martienne. Comme n'importe quel robot destiné à un atterrissage sur Mars, la persévérance supportera les tristement fameuses « sept minutes de terreur » — un coup de pouce à travers l'atmosphère de Mars pour un atterrissage en douceur entièrement automatisé. Pour les responsables de mission, c'est comme enlever les mains du volant d'une voiture de 2,4 milliards de dollars.

Comme enlever les mains du volant d'une voiture de 2,4 milliards de dollars

Au cours de cette période, l'engin spatial devra utiliser un combo de parachutes et quatre moteurs propulsifs pour se ralentir de 12 100 mi/h au sommet de l'atmosphère de Mars pour compléter l'immobilité sur la surface martienne. Un délai de communication de 14 minutes entre Mars et Terre signifie que la descente méchante de Persévérance vers le cratère Jezero — un territoire imprévisible avec des falaises, de vastes dunes de sable et de grands champs de rocher — doit être entièrement automatisée. Au moment où les ingénieurs de mission du Jet Propulsion Laboratory de la NASA sauront que la persévérance est entrée dans l'atmosphère de Mars vers 15h48 HE, le rover aura déjà atteint la surface — ou s'est écrasé à l'impact.

« Ces hommes et ces femmes ont investi des années - des années - de leur vie dans ces sept minutes. C'est une grosse affaire « , a dit Nye. « Et tu ne sais pas ce qui se passe sur Mars pendant ces sept minutes. »

Si tout se passe bien, la Persévérance compacte de la taille d'une voiture utilisera ses six roues pour passer au moins deux ans à parcourir le cratère Jezero, à l'aide de sept instruments pour sonder les traces de formes de vie passées ou présentes. Ces outils comprennent un laser UV pour détecter les composés organiques, un spectromètre à rayons X pour analyser la composition chimique des roches de Mars, et deux microphones pour surveiller la santé du rover et enregistrer l'ambiance venteuse de Mars. Le rover recueillera également des échantillons de sol martien de la taille d'un cigare pour une future mission de retour d'échantillons dans le cadre des travaux entre la NASA et l'Agence spatiale européenne.

« L'équivalent martien d'un moment Wright Brothers »

Le matériel le plus ambitieux à bord de Perséverance est un hélicoptère en forme de boîte appelé Ingenuity, dont le vol d'essai « pourrait aboutir à l'équivalent martien d'un moment Wright Brothers », a déclaré Thomas Zurbuchen, administrateur associé de la NASA à la direction de la mission scientifique. Déploiement depuis le ventre du rover, Ingenuity tentera de voler dans l'atmosphère ultra-mince de Mars. S'il réussit, il pourrait être la première démonstration de giravions verticaux sur un autre monde. « Si l'hélicoptère réussit son premier vol, l'équipe Ingenuity tentera jusqu'à quatre autres vols d'essai dans une fenêtre de 30 jours martiens (31 jours de la Terre) », a déclaré Zurbuchen.

Bien que chaque mission ait ses propres jalons, la flotte d'engins spatiaux ouvre collectivement une nouvelle ère dans l'exploration de Mars. Avec l'arrivée de ces missions, la chasse aux signes de la vie hors monde est en pleine force. Les Émirats arabes unis, la Chine et la NASA courent pour mieux comprendre un monde que l'on croit avoir tenu la vie à un moment ou à un autre dans le passé lointain ou peut-être dans le présent. Avec Tianwen-1 analysant les casiers souterrains potentiels de la vie ancienne, Hope balayant l'atmosphère martienne et Persévérance ramassant des échantillons de saleté pour les récupérer, une réponse pourrait arriver bientôt, dit Nye.

« Quelles sont les chances qu'un jour des preuves de vie y soient trouvées ? » Nye a dit. « Très haut. »