Le drone solaire d'Alphabet et de SoftBank fournit la première connexion LTE

| Thursday 8 October 2020 à 1h56
L'avion Sunglider de HapsMobile lors d'un vol d'essai au Nouveau-Mexique. | Image : HapsMobile via NeWatlas

Les tours cellulaires aéroportées ont un certain nombre d'avantages par rapport à leurs frères terrestres. Ils peuvent couvrir une plus grande zone géographique et être déplacés là où ils sont nécessaires. Mais bien que le concept ait des années, la technologie est encore en cours de développement.

Aujourd'hui, cependant, la société mère de Google Alphabet et le géant technologique japonais SoftBank ont annoncé une étape mineure dans leurs efforts pour faire des tours de cellules volantes une réalité, avec une connexion LTE stable à partir d'un drone solaire de 62 000 pieds de haut dans la stratosphère. C'était une connexion assez bonne pour soutenir un appel vidéo international, avec des participants du Japon et de l'Amérique, y compris Vint Cerf, l'un des « pères d'Internet ».

Le test s'inscrit dans le cadre d'un partenariat entre le Loon d'Alphabet et HAPSMobile de SoftBank qui a été annoncé pour la première fois en avril 2019. Loon, qui est surtout connu pour ses tours cellulaires à ballons, fournit la charge utile de communication, tandis que HAPSMobile construit l'avion.






Dans ce cas, c'est le Sunglider : un énorme drone autonome à énergie solaire conçu pour rester en altitude pendant des mois à la fois. Cette énorme embarcation ressemble à une seule aile massive, d'environ 78 mètres (255 pieds) de travers. Il est alimenté par 10 hélices avec une vitesse maximale de 110 km/h (68 mph). Bien que cela soit assez lent pour un avion, le Sunglider (auparavant appelé le HAWK30) est conçu pour l'endurance plutôt que pour la vitesse. Il restera haut dans la stratosphère au-dessus des vols commerciaux, rechargeant ses batteries du soleil et s'ajustant de manière autonome aux vents changeants.

Le test LTE réussi est une première mondiale pour un avion autonome à voilure fixe, explique HapsMobile. « La charge utile s'est déroulée comme prévu dans les conditions exigeantes de la stratosphère où la vitesse du vent a atteint plus de 58 noeuds (environ 30 mètres par seconde) et où les températures étaient aussi basses que -73 degrés Celsius », a déclaré l'entreprise.

Vous pouvez voir les images du vol d'essai ci-dessous :


Une fois qu'une connexion LTE a été établie, elle a été utilisée pour soutenir une vidéoconférence. Les participants ont fait appel à des smartphones réguliers, dont Alastair Westgarth, PDG de Loon ; Jun Murai, directeur externe de HapsMobile et « le père de l'internet au Japon » ; et Cerf, vice-président et évangéliste en chef de Google. HAPSMobile affirme que l'appel était « haute définition » et « faible latence », bien qu'il ne fournisse pas de détails sur les vitesses de connexion.

Dans un communiqué de presse, le PDG de HapsMobile et président Junichi Miyakawa a déclaré que le vol d'essai a fait un pas de plus vers la réalisation de son objectif de créer des avions verts qui peuvent fournir une grande vitesse Internet n'importe où dans le monde.

« En regardant ce vol d'essai, on m'a rappelé Castle in the Sky, l'anime réalisé par Hayao Miyazaki en 1986, et comment le dirigeable de l'histoire m'a rempli d'aspiration », a déclaré Miyakawa. « Une fois de plus, nous avons fait un pas de plus vers notre objectif de construire une station de base qui flotte dans le ciel uniquement à l'énergie solaire. »